Les Artistes Dreyfus | Steve GROSSMAN

Inscription à la lettre d'information

( Cochez la case )

J'accepte de recevoir des informations et offres promotionnelles
de la part de Dreyfus Music à cette adresse e-mail :

email

Conformément à la loi « informatique et Libertés » du 6 janvier; 1978, je dispose d'un droit d'opposition aux informations me concernant qui peut s'exercer à tout moment auprès de Dreyfus Music, par le biais du lien de désabonnement visible en bas de chaque newsletter. Seule notre société est destinataire de cet email.

photo grossman-steve
galerie
vignette Steve GROSSMAN

Steve GROSSMAN

Steve GROSSMAN est né le 18 Janvier 1951 à Brooklyn, New York, et commence à pratiquer le saxophone alto dans une classe d'école élémentaire. Dans le même temps, il s'intéresse au Jazz et spécialement à la musique de Charlie Parker et achète comme tout premier disque le fameux "Bird and Dizz". Après quoi, il s'immerge dans le Be-Bop et sa principale influence vient de Jackie Mc Lean."A cette époque il était techniquement impossible pour moi d'imiter BIRD et j'étais conquis par le son de Jackie et sa conception de la musique; j'étais aussi très influencé par Cannonball et Sonny Stitt".

À treize ans, Steve travaille le week-end avec son frère aîné, Hal, qui lui, joue de la trompette. Leur quintet, modelé d'après celui de Nat et Cannonball Adderley, se nomme 'Les Uniques' et c'est avec ce groupe qu'ils se produisent au Festival de Jazz de Pittsburgh et dans un show de télévision. "A Pittsburgh nous ouvrîmes le concert de Duke Ellington et c'est après le concert que ce dernier me demanda si je souhaitais rejoindre sa formation.".

Steve devient musicien professionnel à 16 ans et son premier engagement important est une semaine avec Elvin Jones, Wilbur Ware et Billy Green au 'Pookie's Club'. C'était en Juillet 1967; "A ce moment, j'étais déjà très iinfluencé par la musique de Coltrane et je commençais à jouer du soprano presque exclusivement. Automatiquement, l'étape suivante était de passer au ténor, ce que je fis six mois plus tard".

En 1968, Steve rejoint un groupe appelé "The Jazz Samaritans".. Ce groupe recruta de nombreux jeunes musiciens qui devinrent par la suite très connus comme Billy Cobham, Lenny White, Clint Houston, George Cables.

  "A cette même période, j'ai eu la possibilité de jouer dans différents endroits et particulièrement chaque samedi avec des musiciens comme Woody Shaw, Kenny Dorham, Charles Tolliver, Kenny Barron, Wilbur Ware, Philly Jo Jones et bien d'autres. Un peu plus tard, je rencontrais Miles Davis au 'Village Gate' et il fut intéressé par Lenny White et moi-même".

  La collaboration musicale avec Miles Davis est illustrée par six albums enregistrés entre Novembre 1968 et Août 1970. Après six mois de free-lance, Steve rejoint Elvin Jones fin 1971 et jouera avec lui jusqu'en 1976. "Ce fut une des meilleures expériences de ma vie, en fait j'avais l'opportunité  d'apprendre dans et en dehors du groupe, auprès d'un des vrais géants de la musique contemporaine".

  Steve joue avec différents musiciens du groupe tels que Jimmy Garrison, Hank Jones, Tommy Flanagan, Gene Perla, Frank Foster, Joe Farrell, Junior Cook et Dave Liebman.

  Vers la fin des années 70, Steve devient le leader de ses propres groupes et tourne dans le monde entier et particulièrement dans les festivals, soit en trio ou en quartette. De nombreux albums, enregistrés pendant cette période de 15 ans, illustrent son chemin musical personnel qui reste très original.

  En février 1991, Steve signe un contrat d'exclusivité avec la maison de disques "DREYFUS JAZZ". Sortent alors plusieurs albums somptueux (« Do It », « In New York », « Time To Smile » …) avec certains de ses amis musiciens comme Elvin Jones, Art Taylor ou encore Willie Peckins.

  En 2007, Dreyfus Jazz édite un album enregistré en 1992, jamais sorti, que Steve Grossman avait enregistré avec Harold Land.

 

« Steve Grossman est un saxophoniste puissant, swinguant. »
Le Monde

« Colosse aux pieds d’argile, Steve Grossman assure un phrasé magnifique. »
Jazzman

« Grossman, gros son, chaleur et expressivité, se révèle être un saxophoniste extrêmement lyrique. »
Jazz Magazine

Réalisation Suite303 / KurTZdev